Êtes-vous avancé ou débutant ?

Cette question de savoir si l’on est avancé ou débutant est récurrente dans nos vies, et particulièrement dans nos pratiques de développement personnel, dans nos vies sociales, nos rapports aux autres. Choisissez-vous cette posture parce que vous êtes avancé, parce que vous pensez être avancé ? Ou choisissez-vous cette posture parce que vous êtes débutant ou que vous pensez que vous être débutant ?

Dans ma vie j’ai souvent pensé que j’étais débutante. Puis j’ai pensé que j’étais avancée. Et finalement je me disais que j’étais bien débutante et puis non je me trouvais bien avancée …

En réalité je pense que nous sommes les deux à la fois. Mais je vais parler en mon nom et employer le « je ».

Je peux ressentir cette situation d’un jour sur l’autre : je me sens avancée le lundi et le mardi je me sens débutante. Mais je peux me sentir le matin avancée et le soir débutante. Et je peux vivre cette situation dans une seule heure, voire une seule minute, voire d’une seconde à l’autre. Alors en réalité qu’est-ce que ça veut dire être avancé ou être débutant ? Certes il y a l’apprentissage, la technique, le talent ou le don, la régularité de la pratique et l’expérience. Tout cela peut me faire penser que je suis avancée, et ce n’est pas faux car il faut un minimum de temps et de pratique pour sentir que j’ai accompli un bout de chemin dans ce que j’ai choisi de faire.

Mais me positionner exclusivement et seulement de ce point de vue là serait probablement réducteur. Je ne suis pas uniquement le résultat de la théorie ou de la pratique que l’on m’a enseignée. Certes je suis le fruit de ce que j’ai reçu et appris, mais je suis surtout le fruit de toutes les expériences émotionnelles et affectives que j’ai vécues dans ma vie. Je suis née dans un certain milieu, dans un certain cadre familial et social, avec un certain niveau de vie, peu importe lequel. Je suis faite à ma façon, je suis unique. Je porte en moi les gènes de générations qui m’ont précédées. J’ai imprimé au plus profond de mon corps et de mes cellules toutes sortes d’informations qui se sont transmises depuis fort longtemps. Les plus récentes étant celle de mon enfance qui m’ont été données par mes parents. Forte de ce bagage du plus ancien aux plus récent, je suis aujourd’hui ce que je suis. Je suis donc faite d’un certain nombre de schémas qui se sont inscrits en moi au fil du temps et dont je n’ai pas nécessairement eu conscience. Tout cela a créé une sorte de grille de repères qui est, de fait, ma base de référence. Ceci induit les réactions que j’ai devant les situations que je rencontre et les choix que j’ai fait dans ma vie. Ceci est mon identité.

Mais je peux faire bouger les lignes. Ce qui compte et qui est important c’est que je peux choisir mon parcours. Chacun le sien, il n’a y pas de règles, à chacun son rythme et ses désirs. Le mien comme celui de beaucoup d’autres, et je le constate quotidiennement, est celui de chercher pour tenter d’avoir quelques réponses. Peut être vous-même, si vous êtes en train de lire cet article, êtes-vous dans la même démarche …

Quel est donc le rapport avec le titre de cet article : « Êtes-vous avancé au débutant ? ».

En réalité et comme je l’écrivais au début de cette page, je peux ressentir alternativement ces deux situations qui semblent s’opposer l’une à l’autre. Je pense qu’il s’agit simplement de décider comment je souhaite me positionner, ce que j’ai envie de faire, de vivre, et comment j’ai envie de vivre ma vie. Et là il ne s’agit plus d’expérience ou autre, il s’agit simplement d’être dans l’instant ce que je suis au moment où je le vis. Chacun a son bagage, ses échelles de valeurs, ses compétences, ses croyances. Mon échelle de valeur est là où elle est. J’en suis là où j’en suis au moment où j’écris cet article, à cet instant précis. Je n’ai ni à me juger ni à me comparer avec qui que ce soit. Mais ce qui est intéressant c’est que je peux changer mes échelles, je peux revoir ma grille de références ou mes repères comme je le veux et quand je le souhaite. Je suis libre.

Si je décide donc que je choisis ce matin cette posture parce qu’elle me plaît, alors je la pratique. Aujourd’hui elle peut me paraître facile, ou difficile. Mais est-ce que cela veut dire que je suis avancée ou débutante ? Non. Je ne suis ni l’un ni l’autre ou je suis les deux à la fois, parce que je n’ai pas à répondre à des critères extérieurs, à des schémas imposés, schémas que sans le savoir je m’impose aussi à moi-même. Il me semble que cette notion d’avancé ou de débutant soit utilisée pour aider les personnes à faire évoluer une pratique dans un groupe qui lui ressemblerait*. C’est du reste comme cela que l’on considère qu’il faut faire les choses dans toute forme d’apprentissage, dès le premier jour de notre vie sociale : on crée des groupes de « niveaux ». Mais je pense que c’est une erreur. À moins de vouloir être en compétition avec soi et avec les autres. Il me semble beaucoup plus intéressant au contraire de mélanger les « niveaux » (mais je n’aime pas beaucoup ce terme). Je ne parle pas ici bien sûr d’un apprentissage précis qui réclame des étapes le travail et qui s’inscrit dans une durée qu’il faut bien déterminer, quoi que …

Je fais ce que je veux, ou du moins je devrais pouvoir faire ce que je veux et m’inscrire dans le groupe où il me plairait d’être, que je sois (selon les critères qui ont été définis) avancée au débutante. Je veux pouvoir me mélanger avec d’autres que moi, d’autres différents, avec d’autres compétences, d’autres expériences. Peut-être que demain cette même posture que j’ai choisie ce matin me semblera très facile, parce que si je décide qu’elle l’est elle le sera, quel que soit l’allure qu’elle prendra, parce que j’ai décidé que je me fichais du résultat pourvu que je la vive avec sincérité et plaisir.

Et bien moi, j’ai décidé que je serai une débutante avancée. Cela veut dire que chaque jour peut être le début d’un nouvel apprentissage, d’une nouvelle sensation, d’une nouvelle découverte, d’un nouveau partage. D’une nouvelle vie en somme. Et au fond de moi-même je sais pertinemment que je ne suis pas ce que l’on appelle une débutante, et ceci est vrai pour tout le monde. Je commence ma journée déjà pleine de mes propres compétences, celles qui m’appartiennent, qui me sont uniques, que d’autres n’ont pas et que je peux partager. C’est cela qui me donne la force, l’envie et le plaisir de faire les choses. C’est cela qui me rend comme tout un chacun et chacune, unique, et qui fait que je suis à la fois une personne qui débute … et qui avance.

*il existe même le terme d’ « intermédiaire » mais là c’est encore un autre sujet de réflexion … 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *